suivez equivox sur


ACCES PERSONNEL

NEWS TOUTE l'ACTUALITE D' EQUIVOX.BE

26.06.2018

Les insectes qui attaquent nos chevaux

news

Les tiquesse trouvent principalement dans les hautes herbes et préfèrent les petites parties du corps velues à la peau fine des jambes ou de la tête. Tout comme chez les humains, il est possible qu’une tique puisse transmettre une maladie : la maladie de Lyme. Cette maladie peux être la conséquence d’une morsure de tique, même les chevaux sont concernés. Par conséquent, il faut inspecter le cheval après chaque pâturage pour enlever les tiques le plus rapidement possible grâce à une pince à tiques. Par précaution, la vaccination peut protéger le cheval contre la maladie et est particulièrement recommandée dans les zones présentant un risque élevé de tiques.

Les simulies, ou mouches noires, sont particulièrement gênantes pour nos chevaux. Elles sont généralement actives au cours de la journée près des eaux ou des forêts, par temps chaud et humide. Contrairement à d’autres insectes, elles ne piquent pas mais mordent, leur salive provoque la coagulation du sang mais aussi l’histamine qui provoque des réactions allergiques. Une morsure de mouche noire peut non seulement entraîner une inflammation et un gonflement, mais aussi conduire à l’apparition d’eczéma d’été très redoutée. Pour les chevaux affectés, la chemise anti-eczéma constitue, entre autres, une protection optimale contre les mouches noires.

En plus des mouches noires, les moucherons sont aussi responsables de démangeaisons. Ils sont surtout actifs la nuit et à l’aube et préfèrent rester près des tas de fumier et de l’eau stagnante. En plus de la tête, qui peut être protégée par des masques anti-mouches, l’encolure, le poitrail et les membres sont les zones du corps les plus touchées. De plus, les insectes volants mettent particulièrement les nerfs des animaux à rude épreuve – il arrive même qu’ils soient vraiment épuisés et stréssés par le harcèlement constant des moucherons. Durant la période où les insectes sont les plus actifs, il est donc préférable de laisser les chevaux à l’écurie, ou bien de leur faire porter une chemise anti-mouches.

Les taons sont vraiment résistants et ne peuvent pas être facilement chassés, de plus ils attaquent parfois le même animal plusieurs fois. Les taons se trouvent principalement dans les paddocks et en bordure de forêt. Ils mordent la peau à l’aide de leur mandibule et se nourrissent de sang de cette façon. Ils peuvent transmettre les maladies mais sont aussi source d’infections secondaires provoquées par les blessures qu’ils laissent sur la peau et qui attirent les autres insectes. Un piège à taons placé à proximité du pâturage du cheval, peut aider à réduire le nombre de taons de façon plus ou moins drastique.

Depuis le début de la saison chaude jusqu’à l’automne, les gastérophiles bourdonnent dans les airs: des centaines de femelles pondent leurs œufs sur le pelage du cheval, par exemple, près de la bouche ou sur les antérieurs. En se grattant, ou se léchant, les larves tombent dans la bouche du cheval et atteignent la muqueuse gastrique. Là, elles grandissent jusqu’à une taille de 2 cm environ et sont ensuite expulsées dans les selles. Dans le sol, les larves se chrysalident et après quelques semaines deviennent des mouches adultes. Les gastérophiles peuvent provoquer une forte indigestion et peuvent être impliquées dans le développement d’ulcères gastriques et de coliques. Par conséquent, les œufs jaunâtres doivent être soigneusement retirés du pelage du cheval, grâce par exemple, à Couteau à œufs de mouches. Il est également recommandé de vermifuger le cheval contre les gastérophiles. Le vermifuge doit être administré à la fin de l’automne.

Source https://www.kramer.fr/Blog/5-insectes-de-vie-de-cheval-enfer

Share |